Master II Recherche

Master II Recherche « Histoire des Institutions et des Idées politiques »

Le Master II Recherche « Histoire des Institutions et des Idées politiques » est un diplôme de haut niveau, validant un Bac + 5, rattaché à l'Ecole doctorale de sciences juridiques et politiques d'Aix-Marseille (ED 67).

C’est un diplôme foncièrement original, puisqu’il constitue une formation de troisième cycle associant l’Histoire des Institutions et l’Histoire des Idées Politiques.

Ce Master offre aux étudiants, munis de solides connaissances juridiques et intéressés par la recherche, une approche de grandes thématiques en Histoire politique et juridique. Il leur confère ainsi les moyens d’une réflexion historique, centrée essentiellement sur l’étude de grands concepts juridico-politiques, qui permettra de mieux aborder le droit public français.

« L’accès au Master »

L’accès au Master est très ouvert, puisque peuvent y accéder :

Les étudiants de n’importe quelle mention offerte par la Faculté de Droit et de Science politique d’Aix-Marseille ayant choisi deux cours à titre de pré-requis, avec au minimum un cours d’Histoire.

Les étudiants ayant suivi un cursus compatible dans d’autres établissements français ou étrangers (Maîtrise ou Master I en Droit à la condition qu’ils comportent des enseignements historiques, 4e année d’un IEP, Maîtrise ou Master I dans une discipline comportant des enseignements historiques tels que Histoire, Science Politique, Sciences Sociales...)

Il convient de préciser que les pré-requis sont indicatifs et que la candidature est essentiellement appréciée en fonction de la qualité du dossier et des motivations.

« Les atouts de ce Master »

Ce Master confère aux étudiants, une série d’atouts :

- C’est un diplôme pluridisciplinaire, associant deux disciplines complémentaires en deux modules d'enseignements théoriques. Il rattache ainsi l'Histoire des Idées Politiques à l'Histoire des Institutions, qui constitue son arrière-plan, restituant la science du droit dans un contexte idéologique plus large.

Le Master rassemble en effet une équipe pluridisciplinaire, qui permet la réunion de spécialistes reconnus en Histoire du Droit, en Histoire des Institutions et des Idées Politiques mais également en Histoire du Droit colonial. Le champ de recherche couvert par cette équipe constituée d’enseignants chercheurs (professeurs et maîtres de conférence, membres du Centre d’Études et de Recherches en Histoire des Idées et des Institutions Politiques (CERHIIP) pour la plupart) est particulièrement étendu, afin d’offrir aux étudiants un enseignement diversifié.

- Les étudiants bénéficient d’un réel encadrement, au moyen de séminaires (méthodologie et point recherche) dispensés par les professeurs intervenant dans le diplôme.

- Un cycle de conférences est organisé annuellement pour permettre aux étudiants du Master de découvrir des travaux universitaires de professeurs, de maîtres de conférence, et de jeunes chercheurs.

- En outre, la présentation des sources bibliographiques en histoire des institutions et des idées politiques, est assurée à partir des différentes bibliothèques spécialisées mises à la disposition des étudiants (sur demande au secrétariat du CERHIIP). L’une en histoire du droit qui contient plus de 6000 titres dans cette matière (salle Joseph Bry), l’autre en histoire des idées politiques qui, elle, en possède plus de 2000 (salle Henri Morel).

« Les débouchés du Master »

Le Master bénéficie d'une synergie avec l’équipe d’accueil du CERHIIP (EA 2186) élément moteur de l’encadrement des étudiants.

Ce centre, support du Master, fait preuve d’un dynamisme qui lui a valu d’être reconnu depuis plus de vingt ans en tant qu’équipe d’accueil des doctorants. Au terme de leurs deux années de Master, certains étudiants sont encouragés à poursuivre des études doctorales, les meilleurs d’entre eux se voyant proposer un poste de doctorant contractuel, mais également des bourses de recherches grâce à la mise en place d’un partenariat avec certaines institutions intéressées par la recherche scientifique (Ministères, Assemblée Nationale, Sénat, ordre des Avocats ...) Le Master contribue avec succès à la formation, d’une part des doctorants composant l’équipe d’accueil, d’autre part des nouveaux allocataires de recherche et des ATER, qu’il prépare à la poursuite de leur carrière universitaire et qui obtiennent majoritairement la qualification du C.N.U. (section 03). Enfin, il leur permet de tenter avec succès les différents concours administratifs.

De manière plus générale, le Master offre aux étudiants une réelle palette de débouchés dont les principaux sont les suivants :

Secteur d’activité : Enseignement supérieur et recherche, Fonction publique, administation et services publics, Education nationale, entreprises du secteur public et privé, Organisations internationales

Métier : Maître de conférences et professeurs des universités, carrière judiciaires : Avocat, Magistrats, enseignement du secondaire, cadre supérieur dans la fonction publique et dans le secteur privé

 

« Cours, séminaires et enseignants pour l’année 2015-2016 »

Droit public et pensée politique (séminaire, professeur J.-P. Agresti)

Pensée politique et doctrine pénale (séminaire, MCF J. Broch)

Histoire des institutions publiques de l’Antiquité (Cours magistral, professeur émérite Ch.Bruschi et MCF F. Quastana)

Analyse idéologique des concepts juridiques (séminaire, MCF O. Tholozan)

Etat et idéologies : le concept de révolution au XVIIIe et au XIXe siècle (Cours magistral, professeur émerite M. Ganzin)

Génèse des concepts modernes de droit public ou Histoire des droits de l’Outre-mer (séminaire, professeur E. Gasparini)

Théorie des régimes dans l’histoire des idées (Cours magistral, professeur A. Leca)

Histoire des institutions publiques modernes et du droit administratif (Cours magistral, professeur E. Gasparini)

Les grandes idéologies en Europe : réception et réfraction (séminaire, MCF F. Quastana)

Nb : en plus de passer diverses épreuves écrites ou orales (écrits, exposés discussion, rapports de recherche, grand oral), tout étudiant devra remettre un mémoire écrit (après l’aval de l’un des enseignants) qu’il soutiendra à l’oral en fin d’année universitaire.